[Polémiques] Basile de Koch, l’avant-garde des historiens de garde ?

N'oubliez pas de partager, ça aide le blog à avancer !

Bruno Tellenne, alias Basile de Koch. © Wikimedia Commons

Rentrer chez ses parents pour Noël cela a du bon, et ce pas seulement pour retrouver sa famille. De fait, cet article va se nourrir d’une découverte faite dans la vieille commode de ma chambre d’adolescent. Il s’agit d’un ouvrage, Histoire de France de Cro-Magnon à Jacques Chirac, écrit par Basile de Koch et illustré par Luc Cornillon. Dans mes souvenirs, à l’époque -le livre datant de 2004 – , je m’étais amusé de la drôlerie du propos, surtout que j’avais entendu parler de Basile de Koch comme quelqu’un appartenant à l’univers de l’humour, et avait pris un certain plaisir à la lecture, même si on ne peut pas dire qu’elle m’ait marquée. Désormais échaudé par le combat critique contre Lorant Deutsch et les historiens de garde en général, j’ai pris l’occasion de cette redécouverte pour relire le livre de façon critique. Le moins que je puisse conclure de cette expérience est qu’elle ne m’a pas déçue ! Du souvenir d’écrivain non-sérieux, je me vois désormais confronté à l’appréciation d’un fatras problématique, sous couvert de l’humour.

 

Un auteur fantasque ou  un vulgarisateur historique ? :

 

Je sais ce que beaucoup de gens vont dire

« C’est un satyriste, quel mal peut-il y avoir à ce qu’il parle d’histoire de façon décalée et drôle ? »

Certes, tout le monde peut écrire de l’histoire, et j’encourage chacun à le faire à travers une méthodologie rigoureuse et sans à priori. Je n’ai par ailleurs aucune objection personnelle contre de Basile de Koch et le fait qu’il vienne s’intéresser à l’histoire, tant que le parti pris en est clair, œuvre de « vulgarisation » historique ferme sur le fond mais fantasque dans la forme ou absolument fantasque. Or, la quatrième de couverture explique que

Après le succès de ses parodies de presse […], Basile de Koch […] signe ici un vrai-faux « manuel d’histoire à l’usage des cours élémentaires » qui, compte tenu de la baisse générale du niveau, sera lu avec profit par les anciens de élèves de l’ENA.

En outre, dans son avant-propos (p. 3), Basile de Koch affirme tout à fait sérieusement que

Le lecteur de ce manuel, conçu à l’ancienne, mais revu à la lumière de l’historiographie moderne, trouvera en regard de chaque leçon une magnifique gravure tout en couleurs.

Un peu plus loin dans la même page, le lecteur est gratifié d’un vibrant appel :

Avec ce manuel, laissez donc les cadavres les plus prestigieux de notre Histoire s’asseoir à votre table, et ressusciter.

Outre mon étranglement en le voyant convoquer « l’historiographie moderne » pour appuyer ses dires, ces deux citations permettent de penser que l’ouvrage se veut sérieux sur le fond.  Cette vocation sérieuse est également appuyée par un dernier extrait de l’avant-propos.

Le lecteur, précisément, quel est-il ? Disons-le tout net : pas un adolescent ou un collégien d’aujourd’hui. Entre techno, rap, web et mangas, nos jeunes ont su développer une culture profondément originale, novatrice, en phase avec l’époque et qui se suffit à elle-même. Non, le présent ouvrage s’adresse plutôt à nos élites – artistes, stylistes, journalistes, comiques, intellectuels – dont l’éminente position sociale n’a d’égale que leur bien excusable inculture générale.

Il y aurait donc les jeunes qui auraient tout compris et l’élite (nécessairement vieille ?) qui vivrait couper du monde et de la vérité historique. Chacun appréciera à sa juste valeur l’anti-intellectualisme du discours. Ce cheval de bataille sera d’ailleurs repris au détour d’une phrase (p. 40) :

En outre, Marignan-1515 inaugure l’histoire chronologique, qui ne sera remise en cause que vers la fin du XXème siècle par des enseignants crypto-marxistes.

Pour résumer, son opuscule a quelques aspects trop sérieux pour être considéré uniquement comme de la drôlerie et parfois pas assez décalé et fantasque pour être traitée à travers le prisme interprétatif de la fiction.

 

Un livre au graphisme volontairement passéiste :

 

Avant de nous intéresser au contenu le plus idéologiquement orienté, je vais rapidement m’attarder sur la composition de l’ouvrage ainsi que la personnalité et le positionnement politique de l’auteur, ces éléments pouvant aider à comprendre certaines formulations ambiguës.

En ce qui concerne la forme, Histoire de France de Cro-Magnon à Jacques Chirac, sous titré “Cours élémentaire”, se présente sous la forme d’une succession de doubles pages composées d’un court texte, écrit par Basile de Koch, en page gauche, sur un thème annoncé par un titre qui donne le ton. Sur la page de droite, la majeure partie de l’espace est occupé par l’illustration de Luc Cornillon. Chaque dessin se voit coiffé d’un titre dont on ne sait s’il est l’œuvre de Basile de Koch ou de Luc Cornillon. Il demeure que certains titres interpellent, notamment (p. 109)

« Dès août 44, les résistants parisiens s’adjoignent de précieux collaborateurs »

ou, à propos de la colonisation française en Afrique (p. 91)

« Une politique étrangère résolument tiers-mondiste »

Les dessins se voient agrémentés d’une petite phrase d’accompagnement. Enfin, un petit résumé de la page gauche, dans un petit encadré rectangulaire dans la partie inférieure de la page droite, conclut l’agencement graphique de l’ensemble.

Tout cela n’est pas sans rappeler l’agencement de certains manuels anciens. En effet, cet intitulé de “Cours élémentaire” se retrouve sur de nombreux ouvrages de la première moitié du XXème siècle. De même, et probablement plus indicatif, avec la composition graphique de l’ensemble. Le plus célèbre de ces manuels anciens est sans nul doute le Lavisse [1], mais on peut également voir de beaux spécimens dans le Bernard et Redon [2], le Ozouf et Leterrier [3] et le Bonne [4]. Par conséquent, rien que par son iconographie le livre de Basile de Koch véhicule une image volontairement passéiste et nostalgique d’un enseignement de l’histoire, à fortiori de l’histoire de France. Voilà ce qui tranche fortement avec sa référence à une “historiographie moderne”…

 

Qui est Luc Cornillon ? :

Photo de la page 25. Réalisée par l’auteur

Après l’auteur du texte, il me semble fondamental d’en venir à l’auteur des dessins. Les iconographies de Luc Cornillon sont, dans l’ensemble, clairement positionnés sur un angle humoristique. L’illustrateur joue avec les anachronismes. Par exemple (p. 23)sur une pancarte est inscrit « Elu Capet 54% » à propos de pour l’élection de Hugues Capet en 987. Mais aussi avec le décalage entre le texte et une réalité prosaïque, notamment page 49 avec l’illustration des fameuses « deux mamelles » d’Henri IV par les seins d’une femme à la poitrine généreuse. Seuls les dessins des pages 25 (ci-contre) et 67 (ci-dessous) pourraient émouvoir certains esprits, même si je suppose ici plus une licence artistique et humoristique – que l’on apprécie ce genre d’humour ou pas – qu’une réelle volonté de faire transparaître un message politique, même si l’hypothèse n’est pas à écarter complètement à priori. 

Photo de la page 67. Réalisée par l’auteur

En effet, il est tout à fait plausible que le dessinateur ne fasse qu’illustrer le propos de Basile de Koch. Par conséquent, l’image ne serait qu’un démultiplicateur de force pour le message du texte et non un discours en lui-même. Ou en tout cas ce n’est plus ici, pour certains dessins, un discours en soi-même. De fait, on notera avec intérêt la présence, sur certaines images, de la signature « Luc Cornillon 96 », les autres étant paraphées « L.C. » ou « Luc Cornillon ». Ce chiffre est-il une indication de date (1996) ou une autre référence qui nous reste obscure ? Dans le premier cas, cela pourrait renforcer l’idée d’un remploi des dessins hors de leur contexte d’origine. De même, les signatures différentes amènent à penser à des moments de création différents et donc des remplois hors contexte originel. En outre, une investigation de la relation de Luc Cornillon avec Basile de Koch et plus généralement de son oeuvre n’apprend pas grand chose. En effet, le dessinateur et le pamphlétaire semblent collaborer au sein des éditions Jalons – ces dernières étant présidées par Basile de Koch – , mais il est impossible de dire s’il s’agit de relations d’auteur à éditeur ou quelque chose de plus poussé. Un fanblog rend compte d’une part importante de la production de Luc Cornillon et elle se démarque par un caractère assez consensuel, ou tout du moins par un éloignement avec les thématiques défendues par Basile de Koch, les dessins de Luc Cornillon s’adressant, notamment, à des magazines jeunesse comme Okapi.

Tout cela pour conclure que, dans l’état actuel de ma réflexion et de ma connaissance du personnage Luc Cornillon, je ne saurais dire s’il est nécessaire de comprendre ses dessins comme des discours graphiques à vocation politique ou simplement une innocente licence artistique et des parti pris de dessin et d’humour qui peuvent laisser froid certaines personnes.

 

Qui est Bruno Tellenne ? :

 

Je vais essayer ici de tracer quelques grands traits de la personnalité politique de Basile de Koch. De fait, si les sources de seconde main ; telle sa notice Wikipedia, les articles de blogs ou de presse ; sont les plus informatifs, ils sont à interroger et à recouper. Pour cela on peut disposer de sources de première main telles que la page Facebook de Basile de Koch ainsi que son profil LinkedIn ou encore son compte Twitter pour confirmer certains éléments. De fait, sa biographie Wikipedia explique :

Il est le fils de Guy Tellenne (1909-1993, normalien, agrégé, poète, haut fonctionnaire au ministère de la Culture et sous-directeur de l’Institut français d’Athènes) et d’Henriette Annick Lemoine (animatrice à KTO sous son patronyme de mariage, Annick Tellenne et auteur de Le goût de vivre ; la recette du bonheur).

Il a trois frères, dont Karl Zéro et Éric Tellenne. Il est marié avec Frigide Barjot et a deux enfants.

Il suit des études au Lycée Saint-Louis de Gonzague à Paris avant une maîtrise de droit et DEA de Science Politique.

Ancien assistant parlementaire, il a tout d’abord travaillé pour l’UDF et notamment pour Raymond Barre, Simone Veil. Il participe également au Club de l’Horloge. Il fut ensuite le rédacteur des discours de Charles Pasqua au ministère de l’Intérieur, entre 1986 et 1988.

Il mettra à profit cette connaissance du « dessous des cartes » pour brosser divers portraits vitriolés des principaux acteurs de la politique française.

Basile De Koch se vante de n’avoir « jamais adhéré à un mouvement dont il ne fût pas le fondateur ». De fait, il est « président à vie auto-proclamé » du groupe Jalons avec sa femme Frigide Barjot.

Pour avoir bénéficié d’un emploi fictif au Conseil général de l’Essonne, il est condamné avec Xavière Tiberi par la Cour d’appel de Paris, le 15 janvier 2001, à une peine d’emprisonnement assortie d’un sursis.

Basile de Koch est chroniqueur à l’hebdomadaire Voici dans la rubrique La nuit, c’est tous les jours. Il tient également une chronique sur la télévision dans l’hebdomadaire Valeurs actuelles et collabore régulièrement au site Causeur.fr créé par Élisabeth Lévy.

A noter que, dans le “A propos” de sa page Facebook, l’intéressé ne semble pas totalement démentir l’ensemble des informations de Wikipedia, même si l’extrait qu’il mentionne est parfois différent de la citation précédente – probablement du fait d’une modification ultérieure.

La lecture de la presse écrite, prolifique sur le personnage suite aux actions de sa femme – Frigide Barjot – lors du débat autour du mariage pour tous ou les siennes avec sa pétition des “343 salauds”, peut nous apprendre qu’il serait proche des milieux d’extrême-droite. Par exemple le Huffington Post affirme [5]

Frère de l’animateur Karl Zero, mari et associé de Frigide Barjot ; tour à tour écrivain, humoriste, chroniqueur, figure des nuits parisiennes, ancien “nègre” de Charles Pasqua et dit proche de certains milieux d’extrême-droite; Basile de Koch, alias Bruno Tellenne, est aussi “président à vie” du Groupe d’Intervention Culturelle Jalons qu’il a créé dans les années 80, connu pour ses happenings et pastiches. Dandy à la fois anticonformiste et ultra-réac, Basile de Koch s’est fait une spécialité de dénoncer la bien-pensance de gauche pour mieux affirmer celle de droite.

En s’intéressant à la prise de position d’un blogueur anonyme [6], il est possible d’apprendre, d’une source qui se déclare proche du groupe Barjot-de Koch – même si l’auteur s’est vu depuis assigné en justice par les intéressés [7] – , que Basile de Koch est

chroniqueur clubbing à l’hebdomadaire Voici dans la rubrique La nuit, c’est tous les jours. Il tient une chronique sur la télévision dans l’hebdomadaire ultra-conservateur Valeurs actuelles et collabore régulièrement au site d’extrême-droite Causeur.fr, propriété de l’ancien d’Ordre Nouveau et ancien directeur du magazine d’extrême-droite Minute, Gérald Penciolelli.

Bruno Tellenne a été l’assistant parlementaire et la “plume” de Charles Pasqua. C’est sous son influence que Charles Pasqua se veut un ardent partisan de la peine de mort et préconise une alliance avec l’extrême-droite, déclarant que « le FN se réclame des mêmes préoccupations, des mêmes valeurs que la majorité ».

Basile de Koch a par la suite été un membre actif du très droitier Club de l’Horloge, créé en 1974 par Henry de Lesquen, président de Radio Courtoisie, connue pour avoir reçu le révisionniste Faurisson à plusieurs reprises.
En 1984, Basile de Koch est l’un des rédacteurs du rapport du Club de l’Horloge à l’origine de la théorisation de la « préférence nationale », idée-phare du Front National : on peut lire son nom en page 5 du rapport final des travaux de la commission qui définira le concept de préférence nationale(La préférence nationale : Réponse à l’immigration, 1985 dirigé par jean-Yves Le Gallou, longtemps cadre du Front National avant de devenir membre fondateur du MNR de Bruno Mégret).

Même si l’auteur se défend d’avoir appartenu ou d’appartenir au GUD (Groupe Union Défense) – mais assume avoir été “nègre” pour Charles Pasqua dans les années 1980, comme l’affirme sa page LinkedIn – , il demeure qu’il semble se mouvoir aisément et avec plaisir dans la presse de droite ainsi que dans les groupes de réflexion d’extrême-droite. De fait, la plume de Basile de Koch est lisible depuis plusieurs années sur le site du magazine Causeur d’Elisabeth Lévy ou sur le site du magazine Valeurs Actuelles.

Pour ce qui est de son activité réflexive, en 1985 on le retrouve notamment comme participant, sous son nom civil de Bruno Tellenne, à la rédaction du rapport La préférence nationale : réponse à l’immigration [8]rapport présidé par Jean-Yves Le Gallou – membre éminent du Front National – , pour le think tank le Club de l’Horloge.

S’intéresser à ce groupe peut permettre de mieux rendre compte des fréquentations historiennes de Basile de Koch. Il est possible de prendre comme point de départ la notice Wikipedia. On peut noter, du côté historien, la présence remarquée – quoique pas surprenante – des personnages bien connus comme proches de l’extrême-droite, notamment Bernard Lugan, Jacques Heers, François-Georges Dreyfus ou Jean Sévillia. La véracité de l’information est confirmée par une recherche méticuleuse sur le site du groupe. Bernard Lugan y apparaît, outre pour des conférences, comme l’écrivain en 1995 et 2000 du texte lors de la remise du prix Lyssenko [9]. Jacques Heers (proche de l’extrême-droite et des milieux catholiques traditionalistes) est orateur, en 2001, pour deux conférences [10]. Enfin, la présence de François-Georges Dreyfus – contributeur à la Nouvelle Revue d’Histoire de Dominique Venner et orateur sur Radio courtoisie –  est confirmée par une très grande série de conférences [11] . Enfin, Jean Sévillia – personnage déjà très bien connu comme historien de garde – y va également de sa petite conférence en 2001 [12].

A la vue de cet aéropage extrême-droitier, une interrogation légitime pourrait naître autour de l’idée d’une possible influence de ces personnages, ou d’autres historiens gravitant autour du Club de l’Horloge, sur les écrits de Basile de Koch. Cela pourrait être une partie de cette “historiographie moderne” citée plus haut. En l’absence de preuves, je ne saurais être affirmatif, mais cela est hypothétiquement possible. Il n’en demeure pas moins que, éclairé de ces différents éléments, il est nécessaire de voir Basile de Koch comme un personnage très proche de l’extrême-droite, aujourd’hui comme hier.

 

Du contenu souvent problématique pour un ouvrage de vulgarisation :

 

Après avoir fait un tour le plus complet possible du profil des auteurs du livre, il est temps de s’intéresser au contenu proprement dit. Certaines critiques ne font l’objet que d’une ou deux phrases dans l’ouvrage..

De fait, brouillard du « vrai-faux manuel d’histoire à l’usage des cours élémentaires » permet, sous une couverture humoristique et satyrique, de faire passer des pensées idéologiquement orientées ou historiographiquement connotées. Le but de ces lignes ne va pas être de décortiquer et remettre en perspective les anachronismes de l’auteur – ils sont légions – et que, in fine, ce ne sont pas ces phrases qui révèlent le plus la pensée de l’auteur. En effet, l’ensemble de ces anachronismes et/ou erreurs factuelles tendent à donner du poids différents thèmes de prédilection de l’auteur, la critique du protestantisme, de la démocratie et de tout ce qui être plus ou moins relié à la gauche dans ses nombreuses composantes (socialisme, communisme etc.). On notera également avec intérêt les différentes petites saillies sur l’immigration, la colonisation française en Afrique ou le génocide vendéen.

Historiographies dépassées :

Historiographiquement, les points les plus dérangeants tournent autour d’une image très astérixienne des Gaulois (p.6)

Cette stratification correspond parfaitement à la mentalité belliqueuse de ce peuple spontané, grand, blond (ou teint en roux), rieur, courageux mais cyclothymique. […] Les artisans gaulois, bien que grossiers et bon vivants, savent traiter tous les métaux et livrent des bijoux, casques, cuirasses, épées et même des charrues très réussis.

ou la diffusion, dans un chapitre intitulé “50 millions de résistants”, de l’image chimérique d’une France entièrement résistante au moment de la Libération (p. 108) 

A l’été 1944, la France entière se soulève contre l’occupant nazi, qui ne doit son salut qu’à une prompte fuite.

Immigration et colonisation :

Le premier thème plus directement politique est celui de l’immigration. En ayant à l’esprit le rapport de 1985 et les affiliations de l’auteur, on ne sera pas surpris de voir que Basile de Koch considère pas l’immigration comme une richesse ou un aléa des mobilités humaines. Dès la page 8 il explique :

Mai 52 : César a pris Orléans, puis Bourges. Vercingétorix décrète la levée en masse contre l’envahisseur venu du sud (déjà !).

Puis dans sa double page (p. 90-91) consacrée aux “jolies colonies de la France” (sur laquelle je reviendrais) on reste bouche bée devant ceci :

Brazza, Lyautey, Foucauld et le brave caporal Banania écrivent une saga exotique et tricolore qui prépare l’inconscient français de l’immigration.

Il est également réel que Basile de Koch fait, dans certains cas, de la question raciale un moteur des événements. On peut déduire cela de deux citations. La première (p. 4) dit :

Un beau matin de – 800, la touche finale est apportée par les Celtes, Indo-européens de qualité supérieure, qui chassent les Ligures dans les montagnes avec leurs armes en fer.

Plus loin (p. 13), à propos des “invasions barbares”, notamment de l’épisode des Huns d’Attila, Basile de Koch résume la chose ainsi :

Au début du Vème siècle, la Gaule est confrontée à un phénomène d’immigration très sauvage : les “grandes invasions”. Aux tribus germaniques succèdent les Huns. Avec eux, le seuil de tolérance est dépassé : la race blanche va s’unir pour arrêter ces Mongoliens aux Champs catalauniques en 451. Le péril jaune est repoussé d’une bonne quinzaine de siècles.

Dans la première phrase, c’est, en partie, parce que les Celtes sont racialement supérieurs qu’ils dominent les Ligures. Dans la seconde, la différence raciale et la menace contre la “race blanche” expliqueraient le rapprochement entre le pouvoir romain et les peuples germaniques. In fine, je pourrais facilement faire un rapprochement entre cette morgue contre le phénomène migratoire et des préjugés racistes. Toutefois, je ne saurais franchir ce pas. Ce serait se moquer éperdument de ce que l’auteur écrit (p. 5) :

Les premiers Français arrivent vers – 1 000 000 d’Afrique noire, et plus tard d’Asie ou du Maghreb, ce qui démontre la bêtise du racisme.

Ou alors tout ceci n’est que supercherie, Basile de Koch prenant soin de cacher, au moins un peu, ses idées sur la question. Chacun se fera son propre jugement de cette question. Personnellement il m’est quand même permis de douter puisque Basile de Koch se plait à jouer sur les stéréotypes et clichés raciaux. J’en veux pour preuve un extrait de la page 90 :

En ce temps, l’immigration se fait dans le sens nord-sud et nos soldats, missionnaires et explorateurs matent avec brio les Arabes fiers et cruels, les Nègres naïfs et musculeux, et les Jaunes sournois mais tenaces.

Photo de la page 91. Photo réalisée par l’auteur

De manière générale, à propos de la colonisation, Basile de Koch fait étalage d’une vision globalement positive. Outre un dessin qui en dit long, l’ouvrage recèle des phrases savoureuses. Par exemple :

La France civilisatrice est capable de massacre comme les Américains, mais elle sait aussi se montrer généreuse, apprenant aux indigènes l’hygiène, l’histoire de France et le “Notre Père”.

Ou encore

Dans ses colonies, la France met en valeur des territoires mal entretenus par des potentats cruels, arriérés et souvent fourbes. Partout, les moustaches françaises font reculer l’esclavage et la maladie.

On retrouve ici très clairement l’argumentaire colonialiste de la fin du XIXème siècle. En outre, une phrase ambiguë (p. 111) pourrait amener à penser que la principale raison de la fin de la colonisation française en Afrique est une certaine “mauvaise volonté” des populations locales :

Dans les années 50, l’Algérie compte une proportion importante de Maghrébins qui, dans leur grande majorité, refusent de s’intégrer à l’Algérie française et développent même un sentiment de rejet vis-à-vis des immigrés français et européens, pourtant chaleureux et travailleurs.

Démocratie et gauche politique :

En ce qui concerne la démocratie, l’auteur a un rapport relativement ambivalent. En effet, si (p.26) Louis IX est un roi avisé car

Il reçoit chez lui les SDF médiévaux, invente le procès en plein air et y défend souvent les pauvres, en évitant cependant l’écueil de la démagogie démocratique

que (p. 28) Philippe le Bel est loué car il

sera aussi – mais sans penser à mal – pionnier de la démocratie avec l’institution des Etats généraux

ce qui semble plutôt une bonne chose sous la plume de l’auteur, les pages suivantes mettent en lumière que pour Basile de Koch la démocratie est nécessairement synonyme de démagogie ou d’égalitarisme, à lire comme quelque chose d’infamant. De fait, le pouvoir du peuple est vu comme une « chienlit » (p. 52-53) ou une « incorrection » (p. 52) envers le roi, dans cette page Louis XIV à propos de la Fronde. A l’époque des Lumières, l’Encyclopédie de Diderot est vue (p. 60) comme

manifeste de l’idéologie optimiste et rationaliste qui donnera au monde la démocratie libérale, le communisme et Bernard-Henri Lévy.

Du fait de la critique féroce de Basile de Koch sur la pensée politique « de gauche », voir infra, le placement de la démocratie sur le même plan que le communisme ne saurait être vu que comme une injure. En avançant encore un peu dans le livre, à propos de la Révolution française et de Louis XVI on peut lire (p. 62) :

Très vite, la machine s’emballe et le roi (qui a encore de bons sondages à l’époque) est impuissant à enrayer les flots de démagogie égalitaire d’une assemblée prête aux promesses les plus insensées.

Et celles-là (p. 63) :

Confronté au développement de la crise économique, de la bourgeoisie et de l’idée démocratique, il ne pourra résoudre aucun de ces maux.

En outre, pour Basile de Koch la démocratie est un mode de gouvernement qu’il est nécessaire d’utiliser avec parcimonie. Pour preuve cette phrase (p. 76) :

Pour le reste Louis XVIII gère la situation en père tranquille, avec sa Charte un peu démocratique mais pas trop

Enfin, pour l’époque de Louis-Philippe (p. 78), on notera avec intérêt la saillie :

Le droit de vote est même donné à 170.000 Français (contre 90.000 sous Charles X), ce qui frise la démagogie populiste

Puisque, dans l’esprit de Basile de Koch, la démocratie libérale est accolée au communisme, voilà une transition toute trouvée pour s’intéresser à la vision de la “gauche” dans le manuel kochien. Autant le dire tout de suite, concernant l’univers politique de ce qu’on appelle traditionnellement “la gauche” et ses acteurs ou représentants, Basile de Koch ne mâche pas ses mots et parle « cru et dru ». Les citations sont nombreuses, notamment à partir de l’époque moderne. Pour ne pas être accusé de faire des coupes sombres et de choisir des citations percutantes ou ambiguës, je serais exhaustif, quitte à être un peu rébarbatif. La charge commence page 60 avec plusieurs tirs de haute volée, notamment

Diderot qui, avec son équipe de chercheurs socialistes », rédige de 1751 à 1772 l’Encyclopédie manifeste de l’idéologie optimiste et rationaliste qui donnera au monde la démocratie libérale, le communisme et Bernard-Henri Lévy.

ou

Voltaire est surtout le premier intellectuel de gauche, dans la mesure où il est très à l’aise dans la haute société qu’il dénonce. Esprit universel, il est aussi l’ancêtre du fascisme avec ses considérations sur les juifs et les Noirs.

A la page suivante l’époque est mise en avant comme le

triomphe des intellectuels de gauche ; parasites talentueux de la société d’Ancien Régime

Après une éclipse de plusieurs décennies, la critique féroce du socialisme est de retour avec (p. 78) :

A part ça, deux épidémies font rage : le choléra en 1832, et le socialisme pendant tout le règne.

A la page suivante on peut noter une certaine hostilité par une association de phénomènes à travers cette phrase :

Le capitalisme s’est développé, avec ses trains, ses pauvres exploités et ses socialistes.

L’époque du Second Empire est également le prétexte à une critique acerbe à travers les aménagements parisiens du baron Haussmann. De fait l’œuvre de ce dernier est louée (p. 82) car elle

aère Paris en rasant des quartiers entiers de taudis sordides et socialistes […].

Enfin, l’auteur ne peut s’empêcher, autour de la guerre d’Algérie, d’imputer une nouvelle fois une faute à la gauche – cette fois-ci non française – dans le déclenchement du conflit (p. 110)

Le 1er novembre 1954, une poignée d’Arabes socialistes – on dit à l’époque des “salopards” – déclenche la guerre d’Algérie.

In fine, l’ambition première de Basile de Koch est de démontrer qu’être « de gauche » c’est aussi méprisable et répréhensible idéologiquement et moralement qu’être « de droite ». L’élément le plus représentatif de cette idée est un nouvel extrait (p. 90) :

A ce propos, on notera que la droite nationaliste est anticolonialiste ; le colonialisme est alors l’idée et l’oeuvre de la gauche au pouvoir. Un des théoriciens de cet impérialisme progressiste, Jules Ferry parle d’ailleurs du “devoir d’assistance des races supérieures aux races inférieures”. La gauche de l’époque est raciste, ce qui peut favoriser l’union nationale avec la droite.

Si on part du principe que pour Basile de Koch la Révolution, et notamment la période de la Terreur, est un événement nécessairement à relier à la partie gauche de l’échiquier politique, actuel ou d’époque, alors on peut tirer argument d’un nouvel extrait. En effet, à la page 66 l’auteur écrit :

1793 est pour les Français une “annus horribilis” : guerre à toutes les frontières, guerre civile contre la Vendée rebelle. Là encore, la Révolution innove en menant une politique volontariste de génocide idéologique.

Religion et homosexualité :

Avant de conclure cet article, il me paraît nécessaire de rendre compte de deux autres tendances idéologiquement lourdes de Basile de Koch : sa rancœur contre les autres religions monothéistes que le catholicisme ainsi qu’une dépréciation assez marquée pour l’homosexualité. Si la religion du Prophète est assez peu touchée – la seule mention concerne la bataille de 732 durant laquelle Charles Martel “sauve momentanément le pays du péril islamiste”, p. 17 – , le protestantisme est pris à partie plusieurs fois. Par exemple page 49 Basile de Koch y fait deux fois référence. Tout d’abord en commentaire du dessin de Luc Cornillon

“Le roi, naturellement bon, fut rendu encore meilleur par son ministre l’excellent (quoique protestant) Sully.”

puis dans le résumé du chapitre

“Malgré le double handicap de la naissance protestante et de l’accent rocailleux, Henry de Navarre réussit à gagner le cœur des Français […].”

Pour ce qui est de l’homosexualité, il semblerait que cela constitue quelque chose à nécessairement éviter. De fait la première occurrence de cette thématique apparaît dans le chapitre consacré à Louis IX (p. 26-27). On y lit :

Durablement marqué par cette mère exemplaire [Blanche de Castille ndlr], Louis ne sombrera pas pour autant dans l’inversion et la sodomie, sévèrement condamnées par cette Eglise dont il se veut le premier serviteur.

Après une éclipse de plusieurs pages, l’homosexualité revient, sans trop de surprise, dans le débat autour d’Henri III. Page 46 Basile de Koch affirme :

A part ça, Henri III est très raffiné et sensible. A-t-il eu pour autant des penchants homosexuels ? Il semble bien que cette imputation infamante ait été propagée par les Guise, ses grands ennemis ultra-cathos, sur la seule base d’un entourage masculin, élégant et sophistiqué.

De façon plus surprenante, Basile de Koch gratifie son lecteur de deux autres citations et ce à propos de Louis XIII et au cours de l’époque de Louis XIV. De fait, page 50 on trouve la phrase suivante :

Malheureusement, il [Louis XIII ndlr] restera marqué par ces épreuves et à moitié homosexuel.

Enfin, page 56 il ressort d’une saillie que l’homosexualité est quasiment un “troisième sexe”, différent du sexe masculin ou féminin. En effet, selon l’auteur

Grâce au prodigieux binôme Molière-Lully se développe une industrie du spectacle baroque – avec le roi comme danseur étoile – qui, trois cent ans plus tard, continue de toucher hommes, femmes et homosexuels.

 

Un autre avatar de la première génération des “historiens de garde” :

 

Pour conclure, son identification comme un nouvel avatar des « historiens de garde » peut se faire grâce à l’épilogue de l’ouvrage.  Pour être juste citons tout d’abord Basile de Koch :

[…] Et nous voici arrivés au terme – provisoire – de notre histoire, la plus belle des histoires : l’Histoire de France. […] De Vercingétorix à Jacques Chirac, regardons-les défiler, les personnages de notre saga plurimillénaire. Regardons-les remonter ensemble la plus belle des avenues, ces Champs-Elysées dont les anciens Grecs faisaient déjà un paradis. Mais la France n’est-elle pas tout entière un paradis, grâce bien sûr aux institutions de la Vème République, mais aussi au sacrifice des héros et martyrs dont nous venons de lire l’histoire, notre Histoire !

Tout ceux qui ont suivi la polémique autour des écrits de Lorant Deutsch ont en mémoire cette phrase de l’acteur-écrivain prononcée lors de son passage au talk-show On n’est pas couché en octobre dernier [13] :

Ce livre [Hexagone ndlr], c’est un voyage sur cette histoire. C’est la plus belle des histoires, c’est la nôtre, qu’on soit ici depuis toujours ou depuis deux secondes !

De même on s’étonnera – seulement à moitié – du partage de point de vue sur un événement bien particulier : la bataille de Poitiers en 732. Voilà comment Lorant Deutsch interprète cet événement dans Hexagone (p. 232) [14] :

Je le sais bien, la bataille de Poitiers, le Croissant contre la Croix, l’union sacrée des chrétiens et des païens contre l’envahisseur musulman dérangent le politiquement correct. On voudrait une lutte moins frontale, davantage de rondeurs, un christianisme plus mesuré, un islam plus modéré… Alors pour nier ce choc des civilisations, certains historiens ont limité la portée de la bataille remportée par Charles Martel. Mais non, disent-ils, on ne peut pas parler d’une invasion, ce fut à peine une incursion, une razzia destinée à dérober quelques bijoux et à enlever les plus girondes des Aquitaines.

La citation de Basile de Koch (p. 16) est infiniment plus courte, mais tout aussi sans appel et percutante :

Le maire le plus fameux demeure Charles Martel qui, en 732, repousse à Poitiers des envahisseurs arabes (rayé et remplacé par “guerriers venus du Sud). Le choc des cultures est déjà violent !

Dans les deux textes une référence implicite au “choc des civilisations” cher à Samuel Huntington.

In fine en forçant un peu le trait il serait possible de rapprocher les deux membres de la “société du spectacle”. Toutefois, je ne pense pas qu’il faille placer Basile de Koch comme « maître à penser » ou « inspiration » de l’auteur de Métronome et Hexagone, même si le pamphlétaire semble apprécier le travail et la personnalité du comédien [15]. En effet, l’idée de l’histoire de France comme la plus belle des histoires fait largement florès dans le milieu de l’histoire réactionnaire, comme par exemple – dans une autre formulation – chez Franck Ferrand [16].

Basile de Koch serait-il alors l’avant-garde des historiens de garde ? La date de parution de l’ouvrage, 2004, tend à accréditer l’hypothèse, mais, là aussi, c’est une question à laquelle je me garderais de répondre autrement que par un laconique « c’est possible ». Il n’en demeure pas moins que la date de l’ouvrage pose la question du point de départ du phénomène des historiens de garde. Quand et comment les théories historiques de la droite et l’extrême-droite ont su se frayer un chemin en se montrant sous les atours du décalé, du “fun” ? Malgré les très nombreuses qualités qu’il recèle, l’ouvrage de William Blanc, Christophe Naudin et Aurore Chéry ne répond pas, je crois, à cette interrogation. Cela me semble une thématique intéressante à explorer et surtout un travail nécessaire. En effet, à mon avis cela va de paire avec l’objectif de popularisation d’une histoire scientifique de qualité. L’idée est de décortiquer les réseaux d’influence qui permettent la diffusion de ce phénomène, de comprendre les raisons d’un tel succès et de savoir adapter l’offre historique “grand public” à la nouvelle demande, le tout sans y perdre son âme. “Vaste programme”.


[1] Lavisse E., Histoire de France : cours élémentaireParis, 1913 (Dernière consultation le 30 décembre 2013)

[2] Bernard P. et Redon F., Notre premier livre d’HistoireParis, 1951 (Dernière consultation le 30 décembre 2013)

[3] Ozouf R. et Leterrier L., Belles histoires de France, Paris, 1950 (Dernière consultation le 30 décembre 2013)

[4] Bonne E.,  Grandes Figures et Grands Faits de l’Histoire de FranceParis, 1938

[5] “Basile De Koch, le mari de Frigide Barjot répond à son tour à Karl Zéro”Le Huffington Post (16 avril 2013) (Dernière consultation le 30 décembre 2013)

[6] Adieu Frigide, “Adieu Frigide Barjot”Adieufrigidebarjot.blogspot.fr (30 novembre 2012) (Dernière consultation le 30 décembre 2013)

[7] Barjot F. et de Koch B., “Pourquoi nous portons plainte contre Mediapart. La déontologie selon Edwy Plenel”Causeur (18 janvier 2013) (Dernière consultation le 30 décembre 2013)

[8] Le rapport est lisible à l’adresse suivante. Le nom de Bruno Tellenne apparaît page 5.

[9] Les conférences ont eu lieu les 1er mai 1986, 14 octobre 1986, 10 décembre 1986, 3 juin 1987, 24 janvier 1990, 22 octobre 1993 et le 7 décembre 2000, selon la liste tenue par le Club de l’Horloge. Les attributions des prix Lyssenko concernent Jean-Pierre Chrétien en 1995 et Martin Bernal en 2000. Le prix Lyssenko est un prix parodique qui récompense les auteurs d’ “une contribution exemplaire à la désinformation en matière scientifique ou historique, avec des méthodes et arguments idéologiques“. (Dernières consultations le 30 décembre 2013)

[10]  Les conférences ont eu lieu les 11 novembre 1994 et le 13 décembre 2001, selon la liste tenue par le Club de l’Horloge. (Dernière consultation le 30 décembre 2013)

[11] Les conférences ont eu lieu les 26 novembre 1983, 18 novembre 1984, 28 avril 1985, 11 mai 1985, 12 octobre 1985, 1er mai 1986, 9 janvier 1987, 16 janvier 1987, 30 avril 1987, 24 janvier 1988, 7 octobre 1988, 13 décembre 1988, 18 avril 1989, 13 juin 1989, 20 octobre 1989, 5 janvier 1990, 28 avril 1990, 5 octobre 1990, 18 octobre 1991, 22 octobre 1993, 24 septembre 1994, 11 novembre 1994, 13 octobre 1995, 25 octobre 1996, 24 mai 1997, 17 octobre 1997, 23 octobre 1998, 22 octobre 1999, 21 octobre 2000, 20 octobre 2001, selon la liste tenue par le Club de l’Horloge. (Dernière consultation le 30 décembre 2013)

[12] La conférence a eu lieu le 10 mai 2001, selon la liste tenue par le Club de l’Horloge. (Dernière consultation le 30 décembre 2013)

[13] Boone D., “Promo complaisante et propagande politique, sous le signe de l’Hexagone de Lorànt Deutsch”Blog Mediapart (18 octobre 2013) (Dernière consultation le 30 décembre 2013)

[14] Cité dans Naudin C., “LORÀNT DEUTSCH, LA CROIX ET LE CROISSANT”Leshistoriensdegarde.fr (1er octobre 2013) (Dernière consultation le 30 décembre 2013)

[15] De Koch B., “C’est jeune, et ça ne suit pas !”Causeur (10 décembre 2010) (Dernière consultation le 30 décembre 2013)

[16] “L’histoire, une passion française”Le Parisien (23 août 2011) (Dernière consultation le 30 décembre 2013)

N'oubliez pas de partager, ça aide le blog à avancer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *