[Polémiques] Note (finale) sur Lorant Deutsch

N'oubliez pas de partager, ça aide le blog à avancer !
Ceci n'est pas un historien. Toi aussi, apprends à les reconnaître ! Ils passent le plus clair de leur temps sur des plateaux télés ou radios et très peu dans la recherche et l'étude des sources. Ou alors sans aucune méthode.

Ceci n’est pas un historien. Toi aussi, apprends à les reconnaître ! Ils passent le plus clair de leur temps sur des plateaux télés ou radios et très peu dans la recherche et l’étude des sources. Ou alors sans aucune méthode. © Wikimedia Commons

Ceux qui suivent ce blog depuis longtemps savent tout l’intérêt que j’ai porté aux péripéties concernant les différents livres et émissions télé “”historiques”” de Lorant Deutsch. Cela fut même le sujet du premier article publié ici, il y a de cela quasiment 7 ans (!). Toutefois, depuis plusieurs mois je n’avais rien écrit sur les nouvelles productions de l’acteur [1], autant par manque de temps, mais aussi manque d’intérêt. Car le Sarthois est bien sympathique, mais ses âneries détournent des sujets intéressants. Il demeure que j’ai continué à me tenir informé de ses productions, notamment à travers les différentes polémiques. Toutefois, la brève remise en lumière du personnage pour un nouveau méfait, cette fois-ci en Suisse, va me permettre de rouvrir le débat. Et ce pour mieux le clore, tout du moins de mon côté. Je vais donc écrire ici une note aussi brève que j’espère finale, car il est nécessaire que ce monsieur retourne sur les plateaux de cinémas et qu’il laisse l’étude de l’histoire aux professionnels et sa popularisation à ceux qui le font sans parti pris [2]. Surtout que, comme on le verra, ses productions ne rencontrent plus le succès qu’une absence de critique permettait.

 

Rappel des événements depuis 2016 : 

 

Avant de discuter plus avant, il est nécessaire de rappeler les éléments du débat, et ce depuis fin 2015 (!), date de la dernière occurrence de Lorant Deutsch sur ce blog.
De fait, au début de l’année scolaire 2016, l’acteur publie un nouveau volume de sa série Métronome, cette fois-ci consacré aux rues de Paris. Alors qu’il est en pleine promotion de cet ouvrage, un premier accroc intervient autour d’une conférence auprès de collégiens à Trappes. En effet, deux professeurs d’histoire-géographie de l’établissement en question, Nicolas Kacmarek et Marie-Cécile Maday, refusent de faire participer leurs classes à la conférence prévue [3]. Devant ce refus, Lorant Deutsch annule sa venue, épinglant la démarche desdits enseignants comme “idéologique” [4].

La fin de l’année 2016 est particulièrement difficile pour l’acteur car une autre polémique vient l’éclabousser, et ce quelques semaines seulement après la précédente. De fait, en octobre, le site Buzzfeed publie une enquête sur les agissements numériques d’une personne qui pourrait être, selon les auteurs, Lorant Deutsch lui-même [5]. Pour leur défense, ces derniers mettent en avant plusieurs faisceaux d’indices, selon eux assez concordants. Ils ne vont malgré tout pas jusqu’à affirmer que l’internaute en question et le comédien sont la même personne. Le principal concerné explique qu’il aurait été victime d’un piratage et nie donc toute collusion avec les faits reprochés [6].

Les années 2017 et 2018 sont, semble-t-il, largement consacrées à la réalisation de projets artistiques que ce soit au théâtre ou devant une caméra. En effet, on ne trouve guère de traces de production à vocation historique à ce moment là, tout au plus une émission patrimonialo-historique en duo avec Stéphane Bern, “Laissez vous guider”, et l’adaptation télévisuelle d’Hexagone, toujours pour France 5. Toutefois, toutes ces activités lui ont laissé assez de temps libre pour poursuivre l’écriture d’un nouvel ouvrage. Ce sera Romanesque, paru à la fin de l’année 2018. Il y traite de la langue française et de son histoire. Comme à l’accoutumée, une polémique naît autour de cette parution. Toutefois, elle est moins le fait des historiens – même si la communauté n’a pas pour autant été muette [7] – que des linguistes et des professeurs de littérature. Ceux-ci critiquent notamment l’assertion que la pertinence ou non de l’enseignement scolaire de la langue arabe, le comédien considérant cela comme inutile [8]. Sous des atours linguistiques, on retrouve ici la grande passion de Lorant Deutsch depuis son passage sur la bataille de Poitiers, la critique virulente de l’islam et plus généralement de la civilisation arabo-musulmane. En effet, pour lui comme “aimer le français, c’est aimer la France” [9], ceux qui apprendraient l’arabe n’aimeraient pas le français et donc, d’une certaine manière, pas la France. 

Enfin, dernier élément en date, la mise en activité d’une chaîne YouTube, A toute berzingue, le 13 octobre 2018 [10]. Les vidéos qu’il propose ont pour ambition de raconter l’histoire d’une ville, au départ française puis pas seulement, à travers un format court, autour de 5 minutes. De fait, il s’agit d’une adaptation vidéo de la recette qui avait fait le succès de Métronome premier du nom, un rythme rapide et la découverte d’une ville par le prisme d’anecdotes et de petites histoires. Toutefois, si les premiers épisodes n’ont pas suscité de débats publics, celui sur Genève a connu les foudres de la critique. Cette fois-ci c’est un article du journal suisse Le Matin [11], abondamment relayé sur les réseaux sociaux historiens, qui allume la mèche. Cet article est le prétexte de ce billet de blog. A noter que Lorant Deutsch a répondu à cette micro polémique [12]. Il explique qu’il est tout à fait au courant des éléments soulevés comme des omissions par le journal suisse, mais s’en défend en arguant d’une volonté de vulgarisation [13]. On verra que le départ vers ce nouveau mode d’expression peut être, au moins en partie, une conséquence des différentes polémiques précédentes.

Après ces propos préliminaires, passons désormais à quelques réflexions thématiques sur l’évolution du “phénomène Lorant Deutsch” ces dernières années. On va notamment s’intéresser aux évolutions de la réception par le “grand public” et aux aspects financiers à travers la vente des livres. Cela nous amènera également à nous interroger sur la diversification des activités “historiques” de l’acteur. 

 

Un public informé, des critiques connues :

 

Au moment de l’annonce de la conférence à Trappes, ce n’était pas la première fois que Lorant Deutsch devait parler devant des élèves. En effet, deux vidéos, tournées probablement au cours des années 2009-2010, mettent en scène l’acteur dans un rôle professoral [14]. Toutefois, si à cette date – avant les polémiques donc – les journalistes évoquent un “accueil à bras ouverts”, force est de constater que cela est moins le cas à l’automne 2016. En tout cas que cela fait grincer les dents d’une partie non négligeable des enseignants. Il serait tentant de relier cela avec les polémiques sur Métronome et Hexagone et la parution du livre Les historiens de garde. Lorant Deutsch et la résurgence du roman national et d’en conclure que leurs efforts ont porté leurs fruits. Il est toutefois nécessaire de nuancer ce schéma en arguant du fait que les interventions de 2009-2010 s’adressent à des élèves de primaire alors qu’en 2016 il devait s’adresser à des collégiens. Or, les professeurs des enseignements primaire et secondaire sont plutôt différents. En effet, les premiers sont des enseignants “généralistes”, au sens où ils doivent enseigner autant le français que les mathématiques, l’histoire qu’une langue étrangère. Ils ont bien sûr été formés en ce sens, formation sanctionnée par le concours du CRPE, mais il demeure que certaines matières sont nécessaires loin de leurs cursi universitaires initiaux. Leurs collègues de l’enseignement secondaire sont, en revanche, des professeurs spécialisés, qui n’enseignent que celle-ci et qui ont été recrutés sur la base de leurs connaissances précises de la discipline. Il est donc assez naturel que ces derniers se soient tenus mieux informés.

Malgré tout, on peut raisonnablement penser que les différentes polémiques ont sensibilisé les enseignants – et plus généralement le “grand public” – aux problèmes scientifiques et épistémologiques posés par la vision de l’Histoire de Lorant Deutsch. Plus largement, même s’il conserve de nombreux fans, la réputation de l’acteur a été entachée. Même s’il manque LA preuve, l’enquête de Buzzfeed a, me semble-t-il, beaucoup œuvré à cet état de fait. Mon côté pessimiste fera remarquer que l’on serait dans une situation similaire à celle de l’arrestation d’Al Capone, le parrain tombant pour un fait bien moins grave que les crimes dont on l’accuse. C’est pourquoi il me semble nécessaire de ne pas trop se bercer d’illusions pour ce qui serait un victoire de la raison et de la méthode historienne contre les fables et la politisation de l’histoire. Désormais, les accusations de manque de rigueur et de parti pris idéologique peuvent rapidement refaire surface à la parution d’un nouveau volume. Tout cela peut susciter dans l’esprit du lecteur – et potentiel acheteur – des doutes, pour ne pas dire des suspicions et des réticences. Et il semblerait que l’on puisse mesurer un impact dans les chiffres.

Enfin, il est intéressant de noter que les différentes polémiques ont également laissé des traces sur Lorant Deutsch et sa façon d’aborder certaines de ses productions. En effet, comme il l’avoue lui-même [15], il a décidé de retirer certains passages polémiques lors de l’adaptation télévisée d’Hexagone. On ne peut que se réjouir de cette décision, même si le mieux serait de les retirer aussi des éditions du livre. Si toutes ses mésaventures lui ont permis de prendre conscience du nécessaire respect d’une certaine méthode historique et du besoin de recouper ses informations, cela serait la plus grande victoire des critiques. Je me permets malgré tout d’en douter vu que le but de ces retraits était de prêter moins facilement le flanc à la critique, comme cela avait été le cas à l’époque de Métronome.

 

Des chiffres en baisse (?) :

 

Lors des différentes passes d’armes verbales avec ses détracteurs, Lorant Deutsch aimait à rappeler les bons chiffres de vente et de diffusion de ses productions. De fait, en environ 3 ans, le duo Métronome et Métronome illustré s’était écoulé à 2 millions d’exemplaires (dont 1,5 million pour Métronome et 500 000 pour la version illustrée) [16]. De même, la coûteuse adaptation télévisuelle de Métronome  [17] avait rassemblé un peu plus d’1 million de téléspectateurs en moyenne sur les quatre épisodes [18]. Une rediffusion est même montée jusqu’à 1, 3 million de téléspectateurs [19]. Dans les deux cas, malgré les désaccords profonds et insurpassables, on ne peut que reconnaître qu’il s’agit de bons chiffres. Voire même d’une sorte d’anomalie éditoriale pour ce qui est des livres.

En ce qui concerne Hexagone – grand format, poche ou illustré -, Métronome 2 – grand format, illustré et documentaire – et surtout Romanesque, il est difficile d’obtenir des statistiques concernant les ventes. Peu d’informations ont filtré dans les journaux et les données de l’industrie éditoriale sont essentiellement réservées aux professionnels, donc contre monnaie sonnante. Les seules données substantielles que j’ai réussi à trouver concernent Hexagone et “Laissez vous guider”. En effet, à la fin de l’année 2013 le livre aurait été vendu à environ 330 000 exemplaires [20]. Cela reste un score plus qu’honorable [21], mais reste malgré tout loin des flamboyances de l’époque MétronomeDe son côté, “Laissez vous guider” a fait un résultat qualifié de “timide” avec un peu moins de 2,5 millions de téléspectateurs [22]. Enfin, on rajoutera à ce panel la faiblesse du nombre d’abonnés à la chaîne YouTube A toute berzingue [23], un peu moins de 2000 au début du mois de février 2019. Tout cela tend à me faire penser que le combat critique des dernières années a payé et que les ventes/vues s’en ressentent. Le produit Lorant Deutsch est toujours vendeur, mais plus autant qu’avant. Toutefois, je ne peux être catégorique sur ce point, plusieurs données manquant à l’analyse.

 

Diversification des activités, un besoin face aux revenus qui baissent ? :

 

Cela nous amène à interroger la diversification des activités de Lorant Deutsch. En effet, pourquoi aller sur YouTube quand les portes des maisons d’édition et des plateaux de télés te sont assez largement ouverts ? Idem, pourquoi aller faire des conférences sur l’histoire de Paris en Asie [24] ? En effet, Lorant Deutsch a donné un cycle de conférences/spectacles à Bangkok, Singapour, Pékin et Hong Kong. Tout cela est très bien documenté sur la page Facebook des spectacles [25]. Doit-on en conclure que son aura “historique” dans les médias s’est un peu ternie ? Peut-être. Toutefois, je ne peux pas non plus écarter l’éventualité qu’il s’agisse là d’un pur choix narratif, l’acteur trouvant là une nouvelle façon de raconter, bien en phase avec notre temps. Ou une volonté d’intéresser les étrangers à l’histoire de Paris et de la France, comme un prolongement de son (mauvais) travail de vulgarisation. Je ne saurais trancher clairement. Chacun se fera donc son avis sur le sujet.

 

Conclusion :

 

De fait, tout porte à croire que la période de gloire de Lorant Deutsch est désormais derrière lui. Il conserve toujours beaucoup de fans ou de sympathisants (En témoigne les débats passionnés dans les commentaires des articles traitant des polémiques ou les messages de sympathie à propos de ses livres ou émissions). Je ne sais toujours pas s’il s’agit là d’un effet des critiques historiennes sur ses productions ou du compte-rendu de ses agissements sur Internet. Il demeure que l’on peut désormais penser que les productions de Lorant Deutsch vont devenir de plus en plus des produits de niche. En somme, quelque chose que l’on va offrir à un passionné de Lorant Deutsch à Noël et non à un passionné d’Histoire sérieux. 

Pour conclure, je crois que l’on peut se réjouir de cet état de fait. Je n’ai jamais appelé à la censure des ouvrages de Lorant Deutsch. Idem pour tous les autres critiques. Nos interventions avaient seulement pour but de ramener de la clarté dans le débat public et pointer les soucis de la méthodologie deutschienne afin que le grand public puisse se faire un avis en toutes connaissances de cause. Ni plus ni moins. Cela a été fait et le message est semble-t-il passé, au moins pour une partie des gens (Ses inconditionnels demeureront inconditionnels, c’est ainsi). C’est pourquoi, pour ma part, le sujet est désormais clos. Je ne peux que souhaiter à Lorant Deutsch la réussite de ses productions fictionnelles. Et qu’il sache que si l’envie lui prend de publier sur l’Histoire, il sera toujours le bienvenue, à condition de respecter les règles méthodologiques de la communauté et de laisser ses passions politiques dans sa loge de comédien. Sinon, il nous trouvera encore sur son chemin. Sans haine, ni armes, ni violence.


[1] Que celui qui ose l’appeler historien soit puni à l’écriture d’une thèse qu’il ne finira jamais, tel Sisyphe et son rocher, et dont tout le monde se moquera, à l’instar des chevaliers de l’an mil au lac de Paladru.

[2] Je pense ici aux vidéos de Herodot’com, Histony, Temps mort et dans une moindre mesure Nota Bene. Certains d’entre vous s’attendait peut-être à trouver ici les fils historiques de Mathilde Larrère sur Twitter, mais je ne saurais sérieusement accepter cela. C’est une militante – ce qui est son droit – qui utilise ses profondes connaissances historiques pour appuyer des opinions personnelles, le tout avec un regard parfois biaisé, notamment une idolâtrie pour les mouvements sociaux et une inimitié pour tout ceux qui sont contre ces derniers.

[3] Benavente P., “Lorànt Deutsch face à des collégiens de Trappes: “l’Education nationale n’a pas à le faire venir!” “RMC (13 octobre 2016). La tribune des professeurs étaient initialement parue sur le site personnel de Laurence de Cock du collectif Aggiornamento histoire-géographie. (Dernières consultations le 5 février 2019)

[4] Guyard B., “Lorànt Deutsch: «Deux profs militants m’empêchent d’aller à Trappes» “Le Figaro (20 octobre 2016). Il est intéressant de noter qu’il avait déjà sorti cet argumentaire lors des premières critiques sur Métronome et Hexagone. Il faut donc croire que pour lui c’est une excuse passe-partout. Une nouvelle mouture du fameux “Ceux qui ne sont pas d’accord avec moi sont nécessairement des gauchistes”. Cf. “« Je milite pour faire aimer l’histoire »”Le Parisien (4 octobre 2013) (Dernières consultations le 5 février 2019)

[5] Aveline P. et Maad A., “Insultes, menaces: les mystérieux tweets cachés de Lorànt Deutsch”Buzzfeed (26 octobre 2016). A noter que j’avais été contacté par un des journalistes de Buzzfeed pour parler de toute cette histoire. En effet, les commentaires de mes premiers articles – présents sur une ancienne version du site, désormais disparue –  et des emails privés signés de ce fameux “La cathelinierre” ou “Sarthois” étaient parsemés d’insultes, confinant parfois à la menace physique voilée. Des éléments qui ne sont pas sans rappeler un autre article de Buzzfeed sur cette affaire. (Dernières consultations le 5 février 2019)

[6] Guyard B., “Faux compte Twitter de Lorànt Deutsch:«Je suis victime de piratage»”Le Figaro (27 octobre 2016) (Dernière consultation le 5 février 2019)

[7] Par exemple un article de Florian Besson de Actuel Moyen Age sur les inventions étymologiques de Lorant Deutsch. Besson F., “Lorànt Deutsch n’est pas le premier à inventer des étymologies farfelues”Slate (14 décembre 2018) (Dernière consultation le 5 février 2019)

[8] Weickert C., “«C à vous»: L’improbable argument de Lorànt Deutsch contre l’arabe à l’école”20 minutes (24 octobre 2018) ; Kucinskas A., “Le drôle de débat sur l’arabe à l’école avec Lorant Deutsch”L’Express (24 octobre 2018) ou Rey A., « Romanesque », de Lorànt Deutsch, lu et corrigé par Alain Rey”Le Point (12 octobre 2018) (Dernières consultations le 5 février 2019)

[9] Conruyt C. et Develey A., “Lorànt Deutsch au Figaro : «Aimer le français, c’est aimer la France»”Le Figaro (17 octobre 2018) (Dernière consultation le 5 février 2019)

[10] Chaîne YouTube A toute berzingue. A la date du 5 février 2019 elle compte 12 vidéos dont 5 présentations de villes, 4 teasers, 2 micro interviews et 1 mise au point/bilan.

[11] Michiels R., “LORÀNT DEUTSCH RACONTE GENÈVE ET ACCUMULE LES BOURDES”Le Matin (24 janvier 2019) (Dernière consultation le 5 février 2019)

[12] “Mille mercis… et mise au point”Chaîne YouTube “A toute berzingue”, mise en ligne le 28 janvier 2019. (Dernière consultation le 5 février 2019)

[13] Encore une fois, il confond allégrement vulgarisation et simplification, comme si pour lui les deux étaient synonymes. Je ne peux que m’insurger devant cela. Par ailleurs, cet aveu dénote d’un écueil potentiel de la popularisation historique par le format vidéo, la nécessité d’aller vite, ce qui empêche la précision et plus généralement la nuance. Certains contournent ce problème. D’autres, comme Lorant Deutsch, se trouvent empêtrés dedans.

[14] “Cours d’histoire survoltés avec le comédien Lorànt Deutsch”Chaîne Dailymotion de la ville de Paris, mise en ligne fin 2009-début 2010 ; “Lorànt Deutsch dans les écoles parisiennes”Chaîne YouTube golichaine, mise en ligne le 23 mars 2013. (Dernières consultations le 5 février 2019)

Les deux vidéos sont un peu difficiles à dater précisément. Celle produite par la municipalité parisienne mentionne “Il y a 9 ans”, mais cela peut très bien signifier “pas encore 10 ans” donc cela pourrait se situer entre février-mars 2009 et janvier-février 2010. Toutefois, comme Métronome est paru le 9 septembre 2009, on peut en conclure que la rencontre s’est produite entre septembre-octobre 2009 et janvier-février 2010. Pour ce qui est du reportage de TF1, l’indication de la parution récente du Métronome illustré tend à laisser penser que la diffusion date d’octobre-novembre 2010, le livre étant paru le 14 octobre 2010. Néanmoins, le tableau noir de la classe indique la date du “Vendredi 28 mai” donc il est très fortement probable que le reportage a été tourné en mai 2010.

[15] Barenghi J.L., “Lorànt Deutsch adapte Hexagone sur France 5″TV magazine (1er octobre 2017) (Dernière consultation le 5 février 2019)

[16] “Quand Métronome divise Paris”Europe1.fr (10 juillet 2012) (Dernière consultation le 5 février 2019)

[17] On parle d’environ 1 million d’euros. Cf. Dryef Z., “Les historiens hurlent, Lorànt Deutsch cartonne”Rue89 (6 octobre 2013). Une débauche de moyens pour un résultat visuel on ne peut plus mitigé. Voir “Métronome sur France 5, Paris raté pour L’Express”L’Express (8 avril 2012) (Dernières consultations le 5 février 2019)

[18] Lopez E., “Métronome : Lorànt Deutsch débarque sur TV5Monde”TéléStar (25 octobre 2012) (Dernière consultation le 5 février 2019)

[19] Leroy G., “Le téléfilm de TF1 bon leader”Télé2semaines (12 juin 2012) (Dernière consultation le 5 février 2019)

[20] Meffre B., “”Astérix chez les Pictes”, livre le plus vendu en France en 2013″, Puremédias (15 janvier 2014) (Dernière consultation le 5 février 2019)

[21] C’est par exemple plus que deux ouvrages d’un écrivain à succès comme Marc Lévy en 2017. Cf. “Chiffres-clés du secteur du livre : l’édition 2018 (données 2016-2017) est parue”Ministère de la Culture (14 mars 2018) (Dernière consultation le 5 février 2019)

[22] Boucher K., “Audiences : “L’Arme fatale” leader en baisse, “Alexandra Ehle” puissant, “Laissez-vous guider” timide”Puremédias (28 mars 2018) (Dernière consultation le 5 février 2019)

[23] Les persifleurs expliqueront qu’en l’absence d’une promotion médiatique massive, les productions de Lorant Deutsch se vendent mal, mais essayons de dépasser ces considérations là.

[24] Spectacles dont les tickets sont plutôt onéreux. Par exemple, à Hong Kong la place est à 280 ou 380 HKD. Or, le salaire minimum local est de 34,5 HKD par heure depuis mai 2017. Un salarié local doit donc travailler entre 8 et 11 heures pour se payer le ticket. Ce qui, ramené en euros, arrive à environ 60 ou 90€ le billet. Vous avez dit cher ? 

Cf. “STATUTORY MINIMUM WAGE”, Ministère du Travail du gouvernement de la région autonome spéciale de Hong Kong (non daté) (Dernière consultation le 5 février 2019)

[25L’affiche desdits spectaclesPage Facebook “Paris by Lorant Deutsch” (30 mai 2018). Il avait également donné une interview au Petit journal, journal des Français de l’étranger. Cf. Fouquoire B., Lorant Deutsch raconte Paris à Singapour. Notre interview exclusive !”Le petit journal (1er juin 2018) (Dernières consultations le 5 février 2019)

Par ailleurs, on notera que la création d’une page spécifique pour les spectacles dénotent de la volonté de faire de ces derniers un produit commercial à part, une manière de donner une visibilité unique, dans le cas où une salle de spectacles ou un acteur institutionnel (oui c’est de vous que je parle l’Alliance française) serait intéressé.

N'oubliez pas de partager, ça aide le blog à avancer !